Pathy le 7 décembre devant le juge - RESF jeunes majeurs 69

Lundi matin une quinzaine de personnes pour accompagner Pathy devant le Juge de Libertés et pour apprendre que l'avion était prévu pour lui le soir 22h à Roissy pour l'expulsion en Angola.

Nous avons aussi appris là comment la Préfecture compte désormais passer en force, sans rien respecter des formes en usage jusque là.

En effet, le Consulat d'Angola a refusé de délivrer le laisser-passer pour l'expulsion de Pathy, reconnaissant que Pathy n'est pas citoyen angolais comme il l'a toujours dit. Cela a été confirmé par la Préfecture ce matin. Cela avait sans doute aussi été le cas pour Cynthia la semaine dernière.

Mais cela n'a pas arrêté la Préfecture ni la PAF qui ont demandé un "laisser passer européen. LPE" au Ministère des Affaires étrangères. Nous ne connaissons pas tout de cette procédure qui est une nouveauté pour nous. Mais c'est visiblement le moyen que les autorités françaises (et européennes) ont trouvé pour expulser les migrants vers des pays qui ne sont pas leurs pays d'origine.

C'est très grave car les pays de destination en question ne vont  sûrement pas renvoyer les expulsés vers la France. Ils ne se gêneront  pas par contre pour les accuser et les mettre  en prison à l'arrivée. 

Notre colère est immense face à ce déni de tout droit visant des jeunes de 17-18 ans arrivés mineurs isolés sur le sol français, arrêtés et poursuivis alors qu'ils étaient en train de déposer leur demande d'asile, pour Cynthia et Pathy!

Le soir un petit groupe de soutiens RESF s'est rendu à l'aéroport St Exupéry où il a pu discuter de la situation avec les passagers, plutôt réceptifs, du vol que Pathy allait emprunter. Il a pu voir Pathy ceinturé et menotté prêt pour le grand départ.

Après Marc et Cynthia, Pathy! 
> 3 expulsions de jeunes de 17 et 18 ans sans problème, dans des conditions jamais vues jusque là! Pathy est parti avec son carnet de correspondance du lycée François Cevert qu'il brandissait à chaque parloir qu'on avait avec lui au CRA... un lycée où il n'avait eu le temps d'aller que le premier jour de la rentrée..
> Et beaucoup d'autres comme Jérémie pour qui le couperet est en train d'être affuté! 
> Un défi de taille pour l'avenir  de nos luttes!

Michèle pour  Collectif RESF Jeunes Majeurs 69