Communiqué de presse - LDH 1er mai 2015

       La Ligue des droits de l’Homme dans la Métropole lyonnaise, se demande  si les représentants de la Préfecture, c’est-à-dire de l’Etat, font preuve de franchise ou  de cynisme lorsqu’ils déclarent le 29 avril au tribunal administratif de Lyon dans  l’audience en assignation de la préfecture : « 700 demandeurs d’asile attendent depuis longtemps un hébergement dans le Rhône en raison de la « saturation » des structures dans le  département » ?

      Ignorent-ils donc selon les statistiques de l’INSEE de 2011, qu’il existait déjà dans Lyon : 25 000 logements vacants, donc encore autant en 2015 ?

      Ignorent-ils que depuis 1998, la loi française permet de « réquisitionner » des logements vides ?

     Méconnaissent-ils l’article datant de 2007 du Code de l’action sociale et des familles qui stipule : « Toute personne sans abri en situation de détresse médicale, psychique ou sociale a accès, à tout moment, à un dispositif d’hébergement d’urgence. » ?

     N’est-ce pas en décembre 2012, que le ministère de Cécile Duflot avait demandé aux préfets des régions les plus tendues en matière de logements comme la région Rhône-Alpes de : « se mettre en situation de procéder à des réquisitions d’ici la fin de l’année » ?

     La ministre déclarait publiquement également :  « Il est certain qu’il existe aujourd’hui du patrimoine, d’ anciens logements d’instituteurs, anciens bâtiments d’habitation …qui sont inoccupés et peuvent être mis à disposition. »

     Elle ajoutait, toujours publiquement en 2012 : « Tous ceux et celles qui ont connaissance de ces bâtiments logements vacants sont invités à en faire part aux services de l’Etat, aux préfets. »

      Or, tristement et malheureusement,  la demande de mise à disposition de bâtiments publics, connus comme vides et inoccupés depuis plus d’un an, n’a jamais reçu le moindre écho auprès des autorités qui ont au contraire dépêché les forces de l’ordre pour faire obstacle à leur réutilisation !

      Dans une Métropole, riche comme la nôtre, il est inadmissible et honteux de constater les solutions auxquelles, est réduite la population pour assurer un « toit sur la tête »à celles et ceux qui seraient     SDF sans cela !

      Monsieur le Préfet, les expulsions des bidonvilles et squats, auxquelles vous venez d’avoir recours, ont remis dans l’errance et la rue plus de 300 personnes qui s’ajoutent au plus du millier de personnes que le 115 laisse sans réponse chaque jour …n’êtes- vous pas perturbé par cette situation dans cette Métropole qui s’est revendiquée « amie des enfants »,  et par l’image offerte de cette ville aux étrangers ?

      Monsieur le Préfet, en tant que représentant de l’Etat français, pourquoi n’appliquez-vous pas les lois pour lesquelles cet Etat vous a institué  ?

 

                                                                                                 Lyon 1er mai 2015

 

 

LDH Fédération du Rhône   34 cours de Verdun 69002 Lyon               ldhrhone@gmail.com