Communiqué de Presse - ASSEDA - 29 juin 2015

Communiqué de presse du  29   juin 2015 de l’ASSEDA (ASsociation pour le Soutien et les Echanges avec les Demandeurs d’Asile)  et de la FCPE de l’école Ampère d’Oullins

 

Afin de faire face à la détresse de familles en demande d’asile, à la rue dans Oullins avec leurs jeunes enfants scolarisés à l’école Ampère après être sorties du CADA (Centre d’Accueil des Demandeurs d’Asile), l’association oullinoise ASSEDA (ASsociation pour le Soutien et les Echanges avec les Demandeurs d’Asile, composée de militants associatifs, simples citoyens, membres des paroisses oullinoises…) et la FCPE de l’école Ampère ont organisé l’accueil et l’hébergement d’urgence de 3 familles (soit 13 personnes : 6 adultes et 7 enfants originaires d’Albanie) au sein de l’école Ampère.

 Cette action de mise à l’abri  a été rendue possible grâce à une chaîne de solidarité impliquant plus d’une trentaine de personnes : parents d’élèves fournissant des repas, assurant une présence la nuit et l’organisation de l’hébergement aux côtés des membres de l’association ASSEDA. Grâce à ce mouvement, les familles ont été hébergées sans discontinuer depuis le 7 avril 2015, soient 13 semaines.

 En assurant cette action, l’ASSEDA et la FCPE n’entendent pas prendre la place des institutions publiques mais suppléent l’absence de propositions d’hébergement pour ces familles dans l’urgence, sachant que beaucoup  sont sans solution de logement : demandeurs d’asile déboutés après le refus des instances gérant l’asile en France, étrangers malades, femmes avec enfants en bas âge ou enfants scolarisés.

A la date du 4 juillet prochain, fin de l’année scolaire, cette action connaîtra une nouvelle étape. Les décisions négatives des autorités nationales (OFPRA, CNDA) et préfectorales pour les demandeurs déboutés conduiront les familles à une nouvelle errance. La seule proposition faite par les pouvoirs publics consiste en un retour aidé au pays d’origine : ce qui ravive les inquiétudes des familles face aux menaces qu’elles ont fuies. L’occupation de l’école prendra fin et pour l’heure, il n’y a pas de solutions pour permettre aux familles d’être hébergées au-delà de cette date.

L’ASSEDA et la FCPE veulent alerter sur la situation des migrants qui se détériore, leur accueil devient de plus en plus restrictif à un moment où de plus en plus de personnes sont contraintes de fuir leur pays où leur vie et celle de leurs proches est en danger. Parmi les personnes en recherche d’abri à Lyon, un tiers sont des enfants. 

 

 

 ASSEDA asseda.oullins@yahoo.fr