Coordination Urgence Migrants

Paris (75) - Le « Camp humanitaire » de Paris : un accueil à coups de lacrymo - GITSI 21/6/17

Ce camp dit humanitaire, ouvert en novembre 2016 mis en avant comme vitrine de l’accueil des réfugiés cache une toute autre réalité.

Communiqué

Violences porte de la Chapelle
Le « Camp humanitaire » de Paris : un accueil à coups de lacrymo

 

Ce camp dit humanitaire, ouvert en novembre 2016 à l’initiative de la mairie de Paris et géré par Emmaüs solidarité, mis en avant comme vitrine de l’accueil des réfugiés cache une toute autre réalité.

Hier, mercredi 21 juin, aux alentours de 7h, l’ouverture du centre dit de « premier accueil » s’est une nouvelle fois déroulée dans un climat de violences. 

Depuis des mois, porte de la Chapelle, devant ce camp, le comité d’accueil des exilés fuyant l’Afghanistan, la Syrie, le Soudan, l’Érythrée... est composé de CRS ou de gendarmes mobiles. Certains sont armés, d’autres tiennent des gazeuses à la main et tous sont positionnés derrière des barrières de protection. 

Pourquoi ce dispositif ? parce que ce camp est en permanence saturé faute de volonté des pouvoirs publics d’ouvrir suffisamment de places d’hébergement. Autour, plusieurs centaines de personnes vivent dans une situation de précarité extrême et font l’objet d’une répression policière qui s’est accrue depuis l’ouverture du camp. 

Hier matin, alors que plus de soixante-dix personnes patientaient, la police trie au compte-goutte les exilés et ne laisse entrer qu’une dizaine de personnes. Un mouvement de foule s’ensuit, réprimé immédiatement par la police qui repousse fermement les exilés et les gaze. Deux personnes tombent inanimées. Les témoins ne sont pas non plus les bienvenus : intimidations, bousculades et confiscation d’appareil photo. 

Voilà la vision « humaine et digne » de l’accueil des exilés en France. A l’intérieur comme à l’extérieur, ce camp ne génère que violences : à l’extérieur il faut vivre à la rue, sans eau ni nourriture, se faire « parquer » et nasser, se faire gazer, se faire arrêter. A l’intérieur la maltraitance administrative prend le relais : tri des personnes, entrave à l’enregistrement des demandes d’asile, remise à la rue d’une grande proportion des exilés.

22 juin 2017

Vidéo : hier matin, 21 juin 2017, devant le camp :https://youtu.be/x80Jbdl39AU

 

Voir également :

www.gisti.org/spip.php?article5705