Coordination Urgence Migrants

L’Allemagne fait marche arrière - Plein droit n° 111 - juin 2016

Article de Marcus Kahmann - Institut de recherches économiques et sociales

Prenant le contre-pied des attitudes isolationnistes voire nationalistes de la plupart des pays membres de l’Union européenne, l’Allemagne a ouvert ses frontières et a accueilli le plus grand nombre de demandeurs d’asile. Cette générosité n’a malheureusement pas duré. Manifestations xénophobes et montée en puissance de la droite populiste ont poussé le gouvernement allemand à rectifier l’image d’une hospitalité incontrôlée et à multiplier les initiatives législatives visant à diminuer les arrivées et à augmenter les départs de demandeurs d’asile.

 

Dans le contexte de la récente augmentation des migrations forcées au niveau mondial, l’Allemagne occupe une place particulière dans l’Union européenne. En termes absolus, c’est l’État membre qui a accueilli, de loin, le nombre le plus important de demandeurs d’asile [1], la plupart venant d’Irak, d’Afghanistan et de Syrie. À la différence de bon nombre de ses homologues européens, la chancelière Merkel a adopté une attitude accueillante à l’égard des réfugiés. En témoignent, au mois d’août 2015, la mise entre parenthèses temporaire du règlement « Dublin » pour les ressortissants syriens, le laissez-passer accordé à des milliers de migrants bloqués en Hongrie et, en septembre de la même année, l’augmentation significative du budget fédéral destiné à l’accueil des demandeurs d’asile. En présentant leur accueil comme un devoir humanitaire, Mme Merkel a refusé de jouer le jeu politique devenu habituel consistant à instrumentaliser l’asile à des fins électorales. Au sein de l’Union européenne, la chancelière s’est distinguée par son engagement en faveur d’une approche coordonnée de répartition des demandeurs d’asile, prenant le contre-pied des attitudes isolationnistes, voire nationalistes, qui ont rapidement gagné du terrain durant l’été 2015. Ces engagements ont pu surprendre beaucoup d’observateurs, habitués à l’image d’une Allemagne imposant son programme d’austérité à l’Union entière. S’ils témoignent d’un courage politique certain de la chancelière dans ce contexte, leur poursuite n’aurait pas été envisageable sans les prises de position communes des principaux acteurs sociaux (églises, patronat, syndicats, partis politiques représentés au Bundestag) et une mobilisation associative – sans précédent – en faveur des demandeurs d’asile [2].

Un an plus tard, et sur fond de contestations multiples en Allemagne, ces engagements gouvernementaux semblent, à bien des égards, loin derrière. Dans la rue, les manifestations islamophobes et les actes de violence contre les étrangers se sont multipliés. Au sein du gouvernement, s’est constitué un front d’opposants à la ligne de la chancelière, préoccupés par les succès électoraux spectaculaires du très jeune parti de droite populiste Alternative für Deutschland (AfD) et faisant valoir les déclarations de maires dépassés par les difficultés pratiques ou le manque d’anticipation dans l’accueil des nouveaux arrivants. Ces mouvements ont alimenté l’idée que l’appel à l’hospitalité de tout un chacun était allé trop loin et qu’il fallait, de toute urgence, introduire des mesures drastiques pour réduire le nombre de demandeurs d’asile, en amont et en aval de leur arrivée en Allemagne.

Ces évolutions n’ont pas tardé à susciter de nouvelles initiatives gouvernementales. À l’échelle européenne, elles ont abouti au marché conclu entre l’UE et le régime d’Ankara au mois de mars 2016, donnant de nouveau priorité à la protection des frontières externes de l’Union, marché dans lequel le ministre des affaires étrangères allemand a joué un rôle prépondérant. Déjà au mois de septembre 2015, le contrôle des frontières allemandes avait été rétabli, sous couvert des règles permettant de s’affranchir temporairement du code « Schengen », entraînant le refoulement d’un grand nombre de personnes. Pour démontrer sa capacité d’action, le gouvernement a ajusté son discours et multiplié les textes législatifs. En priorité, il a souhaité agir sur de prétendus abus du droit d’asile, tout en offrant des perspectives de séjour à différentes catégories de réfugiés ayant fait preuve de leur intégration. Ce faisant, il mettait en lumière la tension fondamentale [3] qui existe au cœur de la politique d’immigration et d’intégration allemande depuis quelques années : d’une part, une application très restrictive du droit d’asile – tournant entamé entre 1980 et 1993 –, d’autre part, des efforts constants depuis la fin des années 1990, pour engager une politique fondée sur la reconnaissance des vertus démographiques et économiques de l’immigration. Les réformes menées à partir de l’automne 2015 illustrent parfaitement cette tension.

>>> La suite de l'article

 

Extrait du Plein droit n° 111 
« Quelle « crise migratoire » ? »

(juin 2016, 10€)

 

Vous pouvez commander cette publication auprès du Gisti
(règlement par chèque, carte bancaire ou virement)

 

Plein droit, la revue du Gisti
www.gisti.org/pleindroit

Articles à l'unité / Abonnements / Librairies ]

 


 


 

www.gisti.org/spip.php?article5609