Communiqué du collectif « Jamais sans toit » du 24/11/2016

Nous nous battons pour assurer la continuité scolaire des élèves que nous accueillons en leur évitant de dormir dehors et certainement pas pour interrompre brutalement cette scolarité par une recondui

Communiqué du collectif « Jamais sans toit » du 24/11/2016



Nous, collectif « Jamais sans toit » de l'agglomération lyonnaise en lutte pour refuser que certains des élèves que nous accueillons et leurs familles dorment dans la rue, avons obtenu la « mise à l'abri » momentanée d'un certain nombre de ces familles par les services de la Préfecture.

 

Alors que ces mêmes services se sont, dans les dernières semaines, engagés lors de l'audience du 21/11/16 à n'exercer aucune pression coercitive sur le règlement de la situation administrative de ces familles, nous découvrons avec effroi que trois d'entre elles dont les enfants sont scolarisés à l'école Gilbert Dru ont été soumises sous le coup d'une OQTF (Obligation de Quitter le Territoire Français) et de surcroît placées dans les locaux de l'OFII (Office Français de l'Immigration et de l'Intégration) avec assignation  à résidence et obligation de se présenter deux fois par semaine au commissariat.

Nous nous battons pour assurer la continuité scolaire des élèves que nous accueillons en leur évitant de dormir dehors et certainement pas pour interrompre brutalement cette scolarité par une reconduite forcée aux frontières qui entre en totale contradiction avec les engagements pris par le Président de la République lors de l'affaire Léonarda.

Nous exigeons que la Préfecture tienne ses engagements à l'égard de ces familles de même que nous dénonçons le cynisme absolu avec lequel la Préfecture a produit ces OQTF en accusant les familles concernées d'avoir « occupé un établissement scolaire public ».

Non seulement cette accusation est totalement infondée et si elle l'était, elle reviendrait à criminaliser le fait de porter assistance à des personnes en danger en mettant ces enfants et leurs familles à l'abri dans un lieu mis à disposition par le collectif d'enseignants, de parents d'élèves et de citoyens qui refuseront toujours ces traitements aussi « indignes qu'inhumains