LETTRE OUVERTE AUX ELUS DE LYON ET DE LA METROPOLE

Les droits des enfants migrants : un engagement à respecter

 

A l’occasion du 25ème anniversaire de la convention internationale des droits de l’enfant, Bruno-Marie Duffé Vicaire épiscopal Mission Famille Santé Société adresse une lettre ouverte aux élus de Lyon et de la Métropole. Il les interpelle en conscience sur le non-respect des droits fondamentaux de ces enfants migrants sans toit, sans soin et privés de scolarisation.   

 

 

Bruno-Marie DUFFE
Vicaire épiscopal de l’Eglise Catholique à Lyon, pour les questions familiales, sanitaires et sociales 

Co-fondateur et ancien directeur de l’Institut des Droits de l’Homme de l’Université Catholique de Lyon

Professeur d’Ethique sociale et médicale

Animateur de la Coordination Urgence Migrants (15 associations oeuvrant à Lyon et dans la Région)



Mesdames, messieurs les élus de Lyon et de la Métropole,


A l’heure où notre pays célèbre le 25 ème anniversaire de la Convention relative aux Droits de l’Enfant, je me permets, au titre de ma mission et de l’engagement partagé avec un certain nombre d’acteurs associatifs, dans le Grand Lyon, auprès des enfants migrants, de vous adresser l’appel suivant. Comme vous le savez, notre pays, notre région et notre métropole lyonnaise sont confrontés au défi de la solidarité à l’égard des migrants – et parmi eux de nombreux enfants dont les conditions de survie, dans nos quartiers, dans les nouveaux bidonvilles et dans les squats, sont, jour après jour, plus dégradantes et indignes. Leurs parents sont européens, parfois même citoyens de l’Union, fuyant la pauvreté, originaires des Balkans, du Caucase, du Proche et du Moyen Orient et d’autres lieux où règent le violence, les menaces ou la misère ? leurs familles représentent environ deux mille personnes dans notre agglomération (alors que notre population globale est d’un million deux cents mille personnes).
Au quotidien, l’action des militants, des groupes locaux de solidarité et des Eglises a pallié ce qu’il faut bien appeler une démission politique, tandis que nous nous ommes, d’année en année, renvoyés la responsabilité entre Etat et collectivités territoriales. Et l’opinion publique, qui tente d’exorciser son inquiétude, a trouvé cela plus ou moins  « normal ».
Aujourd’hui, ce sont des enfants, parfois des nouveaux-nés qui sont dans la rue, sans abri et sans protection, et cette situation est inacceptable, au regard de la dignité et du droit que nous annonçons mais que nous ne respectons pas. Ce sont des enfants qui n’ont plus accès aux soins que leur état de santé réclame et qui ne sont plus scolarisés.


Notre appel s’adresse à votre conscience d’élu : dans le contexte d’urgence dans lequel nous sommes entrés, êtes-vous prêt à dénoncer publiquement ce non respect des droits fondamentaux des enfants et de leurs parents, du seul fait qu’ils sont migrants ?
Etes-vous disposé à affirmer ou à réaffirmer ce principe premier de la dignité de toute
personne humaine, quelle que soit sa situation, et surtout quand il s’agit d’un migrant qui a dû fuir sa terre ?
Etes-vous prêt à exiger, dans l’exercice même de votre mandat, que tous les moyens et outils (locaux, régionaux, nationaux et européens) disponibles pour intervenir dans ce combat pour la vie et contre la banalisation de la misère, avant que le grand froid ne provoque des drames irréversibles ?


Si oui, saisissez les instances parlementaires et politiques de notre pays et de l’Europe ; contribuez, avec votre formation politique, à une déclaration nationale et ayez l’obligeance de me faire un retour afin que nous restions mobilisés ensemble. Une liste des élus qui s’engagent sera rendue publique, avec le présent texte.

Cordialement,
Bruno-Marie DUFFE

 

6 Avenue Adolphe Max 69005 LYON

 bm.duffe@lyon.catholique.fr