Communiqué de Presse de la CUM / Collège Maurice Scève

 

 
   

Communiqué de presse

La situation de l'ex-Collège Maurice Scève, refuge pour des exilés qui, depuis plus de deux ans, ont trouvé un lieu de répit au cœur de la Croix Rousse grâce au soutien d’un collectif et de nombreux habitants du quartier, s’est de nouveau imposée dans l’actualité lyonnaise.

Le 6 octobre au matin, une dizaine de cars de police et de CRS ont débarqué devant l'ex-Collège accompagné de la PAF pour procéder à la prise d’empreintes et réaliser une nouvelle opération de recensement des personnes vivant dans le squat. Cette action très musclée est la première phase précédant une future expulsion de tous les habitants du squat Maurice Scève.

Face à ces méthodes policières disproportionnées, les associations et citoyens membres de la CUM, fortement impliqués depuis l’origine dans le suivi de ce site, affirment leur totale désapprobation et expriment leur grande inquiétude par rapport à la suite qui sera donnée à cette opération.

Les membres de la CUM souhaitent rappeler aux élus les instruments juridiques internationaux et européens auxquels l’Etat, la Métropole et la Ville de Lyon sont parties prenantes pour garantir à chacun des hébergés le respect du principe de dignité par des propositions de relogement pérennes et effectives. Ils sont aussi associés aux différents plaidoyers et rassemblements organisés récemment par la Cimade, ATD Quart Monde, les Cercles de Silence, les EGM et l'actuelle Marche des Solidarités, pour un accueil digne des exilés.    

En matière de logement et d'hébergement, les membres de la CUM insistent sur leur action en faveur d’une mobilisation très active de la vacance grâce au dispositif prévu à l’article 29 de la loi Elan. Pour le site de l'ex-Collège Maurice Scève, ils souhaitent vérifier que tous les actes juridiques du futur projet immobilier envisagé sur ce site soient véritablement effectifs pour éviter une expulsion hâtive, sans justification autre que des considérations sécuritaires ou mercantiles mal fondées. En tout état de cause, l'évacuation du site ne saurait intervenir sans que les garanties d'un relogement digne pour tous les habitants soient apportées.

Enfin, les membres de la CUM réaffirment avec force leur attachement au principe de fraternité dont le Conseil Constitutionnel a rappelé la valeur constitutionnelle dans sa décision du 6 juillet 2018, permettant à chacune et chacun, selon ses convictions philosophiques ou religieuses, de s'engager au quotidien pour l’accueil inconditionnel de l’étranger qui se trouve sur notre chemin.    

Coordination Urgence Migrants -CUM-

Chez Ligue des droits de l'Homme (LDH)

34 cours de Verdun

69002 Lyon

coordination.urgence.migrants@gmail.com

http://www.coordination-urgence-migrants.org

https://facebook.com/CoordinationUrgenceMigrants

Contacts : Geneviève Iacono (0607723507) / Jean-Paul Vilain (0673187474) : coprésidents.